Block title
Block content

Le ministère de la Culture est le premier employeur de professionnels des métiers d’art dans une très grande diversité. Les monuments historiques, les musées nationaux, les manufactures nationales, la Bibliothèque nationale et les Archives nationales emploient près de 1 200 agents dans 60 spécialités différentes, relevant soit de la création artistique, soit de la restauration du patrimoine.

L’action du ministère de la Culture en faveur des métiers d’art se traduit aussi par l’inventaire du patrimoine culturel immatériel, par un travail sur l’évolution législative, par un encadrement réglementaire et par une fiscalité adaptée aux spécificités des activités de ces métiers (crédit d’impôts en faveur des métiers d’art). Le ministère de la Culture contribue avec le ministère de l’Economie et des Finances au rapprochement des métiers d’art et du patrimoine vivant.

Créé en 1994 par le Ministre chargé de la Culture, le titre officiel de Maître d'art a depuis été décerné à 132 professionnels des métiers d'art possédant un savoir-faire remarquable et rare.  Durant les trois ans de la transmission, les Maîtres d’art bénéficient d’une allocation et les élèves d’une formation gratuite.

A l’aide de ses opérateurs et d’associations de droit privé qu’il subventionne, le ministère soutient la création artistique et l’innovation (CIAV, Centre International d’Art Verrier ; CIRVA, Centre International de Recherche sur le Verre et les Arts plastiques ; et CRAFT, Centre de Recherche sur les Arts du Feu et de la Terre) et met en place des dispositifs financiers adaptés aux jeunes professionnels et aux structures demandeuses (prêts bancaires de l’IFCIC, Institut pour le Financement du Cinéma et des Industries Culturelles). Le ministère de la Culture soutient aussi des dispositifs de valorisation des métiers d’art et de sensibilisation des jeunes publics (INMA et association des Maîtres d’art et de leurs Elèves).