Block title
Block content

Vingt ans après la première édition des Journées des Métiers d’Art, et tout juste dix ans après le début de son développement à l’échelle européenne, la grande fête des savoir-faire ne cesse de mûrir et retentit harmonieusement en régions et en Europe. Cette année, l’Institut National des Métiers d’Art est heureux de mettre à l’honneur la région Grand-Est, déjà à la fête dans le cadre de l’Année Internationale du Verre, et, à ses côtés, l’Allemagne, partenaire Européen frontalier à la programmation foisonnante.

Qu’il est doux de renouer, enfin, avec le grand printemps des métiers d’art, qu’elles sont heureuses ces retrouvailles entre grand public et professionnels. En 2020, puis en 2021, ces rencontres, empêchées malgré nos efforts collectifs, ont cruellement manqué à tous les passionnés en Europe, et la vive chaleur humaine caractéristique de notre écosystème n’a pu s’y exprimer pleinement.

Pourtant, dans le silence des deux années passées, derrière les portes des ateliers et des manufactures, ont continué de se composer des imaginaires, de s’entretenir des mémoires musculaires, de s’accorder des savoir-faire, loin du public mais sans jamais perdre la mesure... aujourd’hui, après un demi-soupir, résonne une symphonie à partager avec toutes et tous, partout, en France et en Europe.

L’épreuve traversée ces derniers mois vient s’inscrire dans une histoire des métiers d’art et du patrimoine vivant qui se joue depuis les origines de l’Homme, car ces métiers et gestes sont affaire de résilience ; des savoir-faire entretenus, à la manière d’un feu, de génération en génération, se ré-inventant sans cesse au gré des bons et des mauvais vents.

Dans le « monde d’après » qui vient, la place des œuvriers prend tout son sens, la place centrale et essentielle de ceux qui prennent à la Terre avec mesure, transforment la matière avec respect et créent le beau, en bonne intelligence avec leur environnement.

Face aux défis écologiques et sociétaux annoncés, la chaîne de valeurs des métiers d’art s’impose comme une évidence. Produire intelligemment pour consommer mieux : voilà la promesse offerte par cette économie harmonieuse et vertueuse.

Du 28 mars au 3 avril, faisons refleurir nos mains à l’unisson et retrouvons-nous ensemble à l’échelle d’un continent, autour de ces JEMA tant attendues.  

 

Luc Lesénécal,
Président de l’Institut National des Métiers d’Art